Friday, April 06, 2012

SugarBear Weekend – A Bear’s Guide to the Gay Village of Montreal



[Traduction dans le Français ci-dessous]

If you are unaware of the term, Bears are a subculture of gay men. I’m a Bear. I will never appear on the cover of Men’s Health Magazine, or be featured on an advertisement for male exotic dancers: I have a belly, and there’s not a hard abdominal muscle in sight. Rather than shave my face (or my neck or my chest or my belly), I allow my body hair to grow naturally wherever it sprouts. However they are defined, "Bears" represent a decidedly masculine side of gay culture; we are often mistaken as straight men, because we most often appear like "regular guys." We also tend to like our beer and our bourbon, and parties, and are a fairly tolerant, live-and-let-live lot. And we tend to be pack animals: there are Bear ‘events’ (called “Bear Runs”) all over the world, every weekend, enabling us choose any weekend and get away to have a party with old and new friends.

In 2005, a small group of Montréal Bears decided to share their French-Canadian Bear culture with the International Bear Community, and the very first "SugarBear Weekend" took place. With hundreds of participants each year, SugarBear Weekend has now become the largest bear event in Canada, promoted with a trademark “big furry lumberjack.” The event is held at various locations throughout the Gay Village of Montréal, a compact, walkable section of Montreal that is the epicenter of gay life. Like Greenwich Village in New York City or the Castro in San Francisco, “Le Village Gay” (or simply, “The Village”) is the heartbeat of Montréal’s gay culture. It is French enough to remind visitors that they are in a land as closely related to Europe as to North America, but “Anglophone” enough to insure that American visitors can navigate the nightlife and order a beer in a nightclub without a problem.

Of the eight SugarBear Weekends that have occurred since 2005, I have attended the last six (2007 – 2012) and, hopefully, will continue to attend for years to come. Based on my six SugarBear experiences, all of which took place during the last weekend of March, I offer the following diary from 2012 as a typical gay man’s foray into Montréal.

Day 1 (Thursday): There are usually no events planned on Thursday, but that’s just more of an excuse to arrive early: It gives you a day to get settled and go anywhere without a schedule. This past year, we arrived early – 1:00 pm – and enjoyed a full day before the planned activities began.

If you’re going to Montréal, don’t look to book a hotel. There are no large traditional hotels in the middle of the Gay Village – but there are more than a dozen Bed and Breakfasts, all catering to gay men, that put you within a few blocks walk of everywhere you want to be. I have stayed at several (such as Absolument Montréal and Sir Montcalm), and have visited others. The Conciergerie, perhaps the largest, always seems to bring smiles to guests’ faces – but it is located on Rue St. Hubert, at the far western edge of the Village, and after a while its distance from the center of the Village can get annoying.
As for me, my favorite has always been La Maison DesJardins, located a mere two blocks from the center of everything on Rue Logan. Beautifully appointed rooms, a friendly staff, a home-like feeling, delicious breakfasts, a reasonable cost and the perfect location is hard to beat….but they go further. In the backyard of this guesthouse is a hot tub available for guest’s use, and upon arrival at our B&B, our first stop was the hot tub, wine in hand.
For those of us guys who love dogs (and every Bear I’ve ever met loves dogs), La Maison DesJardins comes with an extra bonus: Gaia, a huge, lovable, friendly English Sheep Dog, who will gladly visit with guests if permitted. For our money, La Maison is *THE* place to stay in Montréal.

After our dip in the hot tub, we spent the afternoon walking Rue Sainte-Catherine, the main road through the Gay Village. Visiting shops and coffee houses, one is constantly aware of the French love of art, design and form; the architecture of houses, the parks & monuments - even the parking lot designs - all reveal a French appreciating of beauty in the built environment.
In the center of the Village, we stopped at “Le Club Sandwich,” an overgrown diner, for our traditional first night mean: Poutine. Poutine is a French Canadian meal consisting of beef gravy and farmers cheese melted over French Fries. I take mine “Lyonnaise,” meaning that I also have sautéed onions and actual beef mixed in with mine. It may be a bit hard on the waistline, but – just as I always have a bagel with lox for breakfast before leaving New York City – I always have Poutine before starting my first night in Montréal.
And that first night is always enjoyed at Le Stud, on the corner of Avenue Papineau and Rue Ste.-Catherine. Le Stud is a nightclub with 4 bars (and a fifth on weekends upstairs), a DJ, and a small dance floor, and is packed with middle-aged Bears on any given weekend night. It is the “headquarters” of SugarBear Weekend, where we register, get our event passes, and run into dozens of men we have seen many times before across the northeast and in Montréal (Bonjour à Nate, Richard, Hank, Volker, Stéfane, Thierry, Gregoire, Marc, Timothé, Tatsu, Rusty, Mikel, Jacques, Jean, Pierre...) As usual, we got too involved in the first night’s party, and don’t get into bed until after 3 o’clock in the morning...

Day 2 (Friday): This is the first official event, a “Beach Party” in March, which, really, is a euphemism for a gathering at a local bathhouse.

Now, a good friend of mine (Chaz) once put together a list of 10 things a gay man should never, ever do. One of those items read, “Do not *ever* try to explain a bathhouse to your straight friends.” And actually, that’s good advice, so I won’t. But I will say this: this year’s “beach party” was a little disappointing. In the past, the party was held at the “Sauna 456,” located, appropriately, at 456 Rue de la Gauchetière Ouest, which requires a taxi ride as it is located slightly beyond the Village. But the ride is worth it: the first floor contains an enormous swimming pool, a nice-sized sauna and steam room, a lounge and sitting area for conversations, and an actual bar with food and beer. One can enjoy a very innocent party here, and there was room for funny contests (such as inked butt prints…) Or, one could enjoy the dark labyrinths that exist upstairs.

But this year, the 456 was closed for renovations (we hear it is supposed to open again in November 2012), so the party was held at the Oasis in the Village instead. Unfortunately, the Oasis is smaller and lacks the first floor amenities that 456 has, and proved somewhat boring overall. There is another sauna just a few blocks away, “G I Joe,” but we didn’t have the opportunity to visit this one (although I have only heard positive reports).

Instead, as good Bears, we focused our energies on eating.

Last year, quite by accident, we stumbled, quite by accident, into an incredible Italian restaurant. This year was no different: we took a chance on a restaurant named “Resto-Pub St. André” on the corner of Rue St.-Andre and Rue Ste.-Catherine…and found ourselves having food orgasms.
My partner Danny and I each tried the Fettuccini au Saumon Fumé (Fettuccini with smoked salmon) that was absolutely amazing.
The smoked salmon was, as far as we could tell, a high quality cut of lox, cooked in ample amounts in the fettuccini cream sauce. The dish was rounded out with small diced tomatoes and smothered in melted cheese with a scallion garnish. We both fell in love with our waiter, Raul, for his efficiency and friendliness. As I attempted to order our dinner in my broken French, he assisted with the correct French phrasing and then repeated everything in English to make sure the order was correct. On delivering our dinner, he then offered us freshly grated cheese and cracked pepper.

It was one of the most delicious meals I have ever eaten, and the price was on the low side of moderate. We are going to try to reproduce it at home for Easter Dinner.
We complimented our dinner with Chanvre Blonde, a red-colored, Hemp-based blond beer that was delicious and complicated, beginning with a floral-citrus aroma, an initially nutty taste, and a slightly hop-like bitter finish. This was the first and only hemp-based beer I had ever tasted, and I loved it.

After dinner, we headed down to the corner of Rue St. Hubert and Avenue Viger, to the Auditorium des Archives Nationales du Quebec, where the Image+Nation LGBT Film festival which has been operating for 21 years), entertained us with two movies: The Rescue, 18-minute comedic short comparing the search for a boyfriend to the process of adopting a rescue dog at a shelter; and Boystown, a full-length Spanish-made film that can best be described as zany drama.

In the past, SugarBear organizers have tried multiple events on Friday nights, from fashion shows to dinner theaters, all of which were colossal flops. This time, they got it right – it was probably their best Friday night event so far, and we were glad we attended.

Day 3 (Saturday): This is “The Main Event.” The key gathering during the weekend is a full day of eating and drinking at a local SugarShack, in the finest of Quebeçois lumberjack traditions. We began by gathering once again at Le Stud (which opens at 10 am) for the obligatory Bloody Marys. When the school buses arrived, we men piled in and filled them for the trip to the Handfield Sugar Shack near St.-Marc-sur-Richlieu, some 40 minutes east of Montréal. Again, I have been to several sugar shacks near Montréal, and have always found this one the most welcoming and efficient, and the food ample and delicious.

When we arrived at mid-day, the owners greeted us, as always, with free samples of “Caribou,” a traditional stomach-warming drink. Various publications describe Caribou as a mixture of 3 oz. vodka, 3 oz. brandy, 12.5 oz Canadian sherry, and 12.5 oz Canadian port; or perhaps 3 oz. port, 1.5 vodka, .25 creme de cassis, and a splash maple syrup.

I however, have it on the good authority of a local Québecker who makes it all the time or their sugar shack (and speaking on the condition of anonymity), that Caribou is 4 parts Port, 4 parts Tawny Port (or Sherry), 1 Part Canadian Rye, 1 part Scotch Whisky and a splash of Maple Syrup – and that is how I make it home. Regardless, we drank a lot of Caribou, as we continued to order it once we settled inside for the feast.

In the dining hall, a blazing fire was roaring in the fireplace at one end, where fiddlers played French jigs and reels. Long picnic tables were lined up end to end in three long rows, and a hundred and fifty or Bears settled in with their buckets full of Molson or carafes of Caribou in anticipation of the piles of food which would follow.

Pork Pâté for spreading on fresh bread. Bean Soup. Fried Pork Rinds. Scrambled eggs, baked potatoes, and mountains of ham, all optionally smothered in maple syrup. And more again. And at some point, a Bear breaks into playing spoons in time with the fiddler, and someone else whoops, and a few guys start to wrestle, and the level of laughter increases, and more food comes out….and when there’s finally no room to eat any more, they bring out Maple Syrup Pie, quite possibly the sweetest substance known to mankind. And in the midst of all this frivolity, a raffle was held that raised over $700 for REZO, a Canadian organization dedicated to "the health and well-being of gay and bisexual men." This was the first I remembered them raising money for an organization, and I think it's a great addition to the weekend.

Rolling us out the door, we then made our own ‘sugar-on-snow’ by pouring hot syrup over shaved ice and using popsicle sticks to roll the syrup into sticky lollipops.

And many of us slept on the bus ride home….only to catch our second wind for another night at Le Stud, and another nightcap in the hot tub back at La Maison DesJardins.

Day 4 (Sunday): Today we said our goodbyes. First we explored the sale at Priape, Canada’s largest store catering to gay men with fetish wear, leather, and other items of interest to gay men. Unfortunately, as is so often the case at Priape, the merchandise is geared for a younger, slimmer set; I couldn’t find a single pair of jeans with a waist size greater than 34 – and very few of us Bears are going to fit into size 34 pants. We did find some neat leather wrist cuffs with a hidden compartment to hold id and cash, so we picked up a couple. Fortunately, Priape is not the only store for us in The Village….a new store, the Fetish Armada, is located just down the street on the corner of Rue Ste.-Catherine and Rue Montcalm. It’s smaller, but friendly and eager to do business with larger men; much of their business is custom work.

By Noon, it was time for the farewell brunch, held at Le Planète on Rue Ste.-Catherine (if you’re getting the sense that Rue Ste.-Catherine is where everything happens, there’s a reason for that. In the summer, it is closed to automobiles and becomes pedestrian and sidewalk cafe heaven.) Le Planète is a small and cozy food establishment…but I have to admit that its main draw was neither the food nor the modern decor….but a staff of adorable young bears (“Cubs,” as we call them) racing to and fro to take orders, serve Mimosas, pour endless rounds of coffee, and deliver meals.

For those who live locally, the day would end with a late-afternoon Lumberjack Contest at The Stud. For the rest of us who work on Monday morning, an afternoon departure is more in order. In the past, we have always made a quick stop in the Old City of Montréal, a retail district that is the site of the original settlement and characterized by narrow streets and alleys paved in cobblestones and lined with 300-year old stone buildings. While the Old City is home to dozens of T-shirt and tacky knick-knack shops, with a little time one can find unique paintings, artwork, glass lamps, Inuit carvings and other specialty items.

But this time, still full of maple-drenched ham and exhausted from our weekend, we headed home. We hope to return some day in the summer months to see what it’s like in warmer months; but whether we do or not, we will return to Montreal next March for SugarBear Weekend 9 for certain.
Montréal and the Province of Québec are wonderful, enjoyable places right on America’s doorstep; it’s a pity more Americans, gay or straight, don’t cross the border and partake in Montreal’s joie de vivre.


Vendredi 6 avril 2012
Week-end de SugarBear - le guide d'un ours du village gai de Montréal

« Ours ? »

« SugarBears ? »

Si vous êtes ignorant de la limite, les ours sont une culture secondaire des homosexuels. Je suis un ours. Je n'apparaîtrai jamais sur la couverture du magazine de la santé des hommes, ou sois décrit sur une publicité pour les danseurs exotiques masculins : J'ai un ventre, et il n'y a pas un muscle abdominal dur en vue. Plutôt que rasent mon visage (ou mon cou ou mon coffre ou mon ventre), je permettent à mes cheveux de corps de les élever naturellement là où pousse. Toutefois ils sont définis, les « ours » représentent un côté décidément masculin de culture gaie ; nous sommes souvent confondus en tant qu'hommes droits, parce que nous apparaissons le plus souvent comme « les types réguliers. » Nous tendons également à aimer notre bière et notre bourbon, et parties, et sommes un sort assez tolérant et live-and-let-live. Et nous tendons à être des animaux de paquet : il y a des événements de `d'ours (appelés les « courses d'ours ") partout dans le monde, chaque week-end, en nous permettant choisissez n'importe quel week-end et partez pour avoir une partie avec de vieux et nouveaux amis.

En 2005, un petit groupe d'ours de Montréal a décidé de partager leur culture canadienne française d'ours avec la Communauté internationale d'ours, et le tout premier « week-end de SugarBear » a eu lieu. Avec des centaines de participants tous les ans, le week-end de SugarBear est maintenant devenu le plus grand événement d'ours au Canada, favorisé avec une marque déposée « grand bûcheron velu. » L'événement est tenu à de divers endroits dans tout le village gai de Montréal, un contrat, section walkable de Montréal qui est l'épicentre de la vie gaie. Comme le Greenwich Village à New York City ou Castro à San Francisco, « Le Village Gay » (ou simplement, « le village ") est le battement de coeur de la culture gaie de Montréal. Elle est assez française pour rappeler des visiteurs qu'ils sont dans une terre comme étroitement lié à l'Europe quant à l'Amérique du Nord, mais « anglophone » assez de s'assurer que les visiteurs américains peuvent diriger la vie nocturne et commander une bière dans une boîte de nuit sans problème.

Des huit week-ends de SugarBear qui se sont produits depuis 2005, je me suis occupé des six derniers (2007 - 2012) et, si tout va bien, continuerai à s'occuper pendant des années à venir. Basé sur mes six expériences de SugarBear, qui ont eu lieu pendant le dernier week-end de mars, j'offre le journal intime suivant de 2012 en tant qu'incursion d'un homosexuel typique dans Montréal.

Jour 1 (jeudi) : Il n'y a habituellement aucun événement prévu le jeudi, mais c'est juste plus d'une excuse à arriver tôt : Il te donne un jour pour obtenir arrangé et aller n'importe où sans programme. Cette dernière année, nous sommes arrivés tôt - le 1:00 P.M. - et apprécié un jour complet avant que les activités prévues aient commencé.

Si vous allez à Montréal, ne regardez pas pour réserver un hôtel. Il n'y a aucun grand hôtel traditionnel au milieu du village gai - mais il y a plus que des douzaine lits - et - les déjeuners, toute la restauration aux homosexuels, qui vous mettent dans la promenade de quelques blocs partout de vous veulent être. Je suis resté à plusieurs (tel qu'Absolument Montréal et monsieur Montcalm), et ai visité d'autres. Le Conciergerie, peut-être le plus grand, semble toujours apporter des sourires aux visages des invités - mais il est situé sur la rue Hubert de rue, au bord loin occidental du village, et après un moment sa distance du centre du village peut devenir ennuyante.

Quant à moi, mon favori a toujours été La Maison DesJardins, localisé de seuls deux blocs du centre de tout sur la rue Logan. Il est difficile de battre des salles admirablement désignées, un personnel amical, un sentiment intime, les déjeuners délicieux, un coût raisonnable et l'endroit parfait….mais elles vont plus loin. Dans l'arrière-cour de cette dépendance est un baquet chaud disponible pour l'usage de l'invité, et sur l'arrivée à notre B&B, notre premier arrêt était le baquet chaud, wine à disposition.
Pour ceux de nous les types qui aiment les chiens (et chaque ours j'ai jamais rencontré des chiens d'amours), La Maison DesJardins vient avec une bonification supplémentaire : Gaia, un chien de moutons anglais énorme, aimable, amical, qui visitera heureusement avec des invités si permis. Pour notre argent, la La Maison est endroit de *THE* à rester dans Montréal.

Après que notre immersion dans le baquet chaud, nous ait dépensé la rue de marche Sainte-Catherine d'après-midi, la route principale par le village gai. La visite des magasins et des cafés, un se rend constamment compte de l'amour français de l'art, de la conception et de la forme ; tous l'architecture des maisons, les parcs et les monuments - même le parking conçoit - indiquent une appréciation française de la beauté dans l'environnement établi.

Au centre du village, nous nous sommes arrêtés « au sandwich à club de le, » un wagon-restaurant envahi, parce que notre premier moyen traditionnel de nuit : Poutine. Poutine est un repas canadien français se composant de la sauce au jus de boeuf et du fromage de fermiers fondus au-dessus des pommes frites. Je prends les miens « Lyonnaise, » signification que j'également sautéed les oignons et le boeuf réel mélangés dedans au mien. Ce peut être un peu dur sur la taille, mais - juste comme je prends toujours un bagel avec le saumon fumé pour le déjeuner avant de quitter New York City - j'ai toujours Poutine avant de commencer ma première nuit dans Montréal.

Et cette première nuit est toujours appréciée chez Le Stud, sur le coin de l'avenue Papineau et de la chambre de rue. - Catherine. Le Stud est une boîte de nuit avec 4 barres (et un cinquième des week-ends en haut), le DJ, et une petite piste de danse, et est emballé avec entre deux âges concerne n'importe quelle nuit donnée de week-end. Elle est « siège » du week-end de SugarBear, où nous enregistrons, entrons nos passages d'événement, et course dans des douzaines des hommes que nous avons vu beaucoup de fois avant à travers le nord-est. Comme d'habitude, nous devenons trop impliqués dans de la première la partie nuit, et n'entrons pas dans le lit jusqu'à 3 heures le matin.

Jour 2 (vendredi) : C'est le premier événement officiel, une « partie de plage » en mars, qui, vraiment, est un euphémisme pour une réunion à un bain public local.

Maintenant, un bon ami à moi (Chaz) une fois remontés une liste de 10 choses un homosexuel devrait jamais, pour ne jamais faire. Un de ces articles lus, « pas essai de *ever* expliquent un bain public à vos amis droits. » Et réellement, c'est bon conseil, ainsi je pas. Mais je dirai ceci : la « partie de plage » de cette année était peu une décevante. Dans le passé, la partie a été tenue au « sauna 456, » situé, convenablement, à 456 Rue de la Gauchetière Ouest, qui exige un tour de taxi pendant qu'il est situé légèrement au delà du village. Mais le tour la vaut : le premier étage contient une énorme piscine, une salle gentil-classée de sauna et de vapeur, un secteur de salon et de séance pour des conversations, et une barre réelle avec la nourriture et la bière. On peut apprécier une partie très innocente ici, et il y avait pièce pour des concours drôles (tels que le bout encré imprime…) Ou, on pourrait apprécier les labyrinthes foncés qui existent en haut.

Mais cette année, les 456 étaient fermés pour des rénovations (nous entendons qu'on le cense s'ouvrir encore en novembre 2012), ainsi la partie a été tenue à l'oasis dans le village à la place. Malheureusement, l'oasis est plus petite et manque des agréments du premier étage que 456 a, et d'ennuyer légèrement prouvé globalement. Il y a un autre sauna juste quelques blocs loin, « G I Joe, » mais nous n'avons pas eu l'occasion de visiter celui-ci (bien que j'ai seulement entendu des rapports positifs).

Au lieu de cela, en tant que bons ours, nous avons concentré nos énergies sur la consommation.

L'année dernière, tout à fait accidentellement, nous avons trébuché, tout à fait accidentellement, dans un restaurant italien incroyable. Cette année n'était aucun différent : nous avons pris des risques sur un restaurant appelé « rue André de Resto-Pub » sur le coin de la rue de rue - André et chambre de rue. - Catherine… et trouvé ayant des orgasmes de nourriture.
Mon associé Danny et I chacun a essayé l'Au Saumon Fumé (Fettuccini de Fettuccini avec les saumons fumés) qui était absolument étonnant.
Le saumon fumé était, dans la mesure où nous avons pu dire, une coupe de qualité de saumon fumé, cuite dans des quantités suffisantes à la sauce crème à fettuccini. Le plat a été arrondi dehors avec de petites tomates découpées et étouffé en fromage fondu avec un scallion garnissez. Nous tous les deux sommes tombés amoureux de notre serveur, Raul, pour son efficacité et amitié. Pendant que j'essayais de commander notre dîner dans mon Français cassé, il a assisté la rédaction française correcte et alors répété tout en anglais s'assurer l'ordre était correct. Sur fournir notre dîner, il nous a alors offert le fromage fraîchement râpé et le poivre criqué.

Il était l'un des repas les plus délicieux que j'ai jamais mangés, et le prix était du bas côté du moderate. Nous allons essayer de le reproduire à la maison pour le dîner de Pâques.

Nous avons complimenté notre dîner avec la blonde de Chanvre, une bière blonde rouge-colorée et Chanvre-basée qui était délicieuse et compliquée, commençant par un arome de floral-citron, un goût premier à noix, et a légèrement houblon-comme la finition amère. C'était la première et seulement la bière chanvre-basée que j'avais jamais goûtée, et je l'ai aimée.

Après dîner, nous nous sommes dirigés vers le bas au coin de la rue Hubert de rue et l'avenue Viger, au DES de salle archive Nationales du Québec, où le festival de film d'Image+Nation LGBT qui avait fonctionné pendant 21 années), nous a amusés avec deux films : La délivrance, short 18 comique minute comparant la recherche d'un ami au processus d'adopter un chien de délivrance à un abri ; et Boystown, un film Espagnol-fait intégral qui peut mieux être décrit en tant que drame fou.

Dans le passé, les organisateurs de SugarBear ont essayé des événements multiples le vendredi soirs, des défilés de mode aux théâtres de dîner, qui étaient des effondrements colossaux. Cette fois, ils l'ont obtenu droit - c'était probablement leur meilleur vendredi événement de soir jusqu'ici, et nous étions heureux nous étions présents.

Jour 3 (samedi) : C'est « l'événement principal. » Le rassemblement principal pendant le week-end est un jour complet de la consommation et du boire chez un SugarShack local, dans le plus fin des traditions de bûcheron de Quebeçois. Nous avons commencé en recueillant de nouveau chez Le Stud (qui s'ouvre à 10 AM) pour le Marys sanglant obligatoire. Quand les autobus scolaires sont arrivés, nous des hommes avons empilé dedans et les avons remplis pour le voyage au sucre Shack de Handfield près de la rue - Marc-sur-Richlieu, environ 40 minutes à l'est de Montréal. Encore, j'ai été à plusieurs cabanes de sucre près de Montréal, et ai toujours trouvé celui-ci le accueil et efficace, et la nourriture suffisante et délicieuse.

Quand nous sommes arrivés à midi, les propriétaires nous ont salués, en tant que toujours, avec les échantillons libres de « caribou, » une boisson de estomac-chauffage traditionnelle. Les diverses publications décrivent le caribou comme mélange de 3 onces. vodka, 3 onces. eau-de-vie fine, xérès canadien de 12.5 onces, et porto de Canadien de 12.5 onces ; ou peut-être 3 onces. porto, 1.5 vodka, .25 creme de cassis, et un sirop d'érable d'éclaboussure.

I cependant, l'ont sur la bonne autorité des gens du pays Québecker qui lui font toute l'heure ou leur cabane de sucre (et parler de l'état de l'anonymat), ce caribou est 4 parts de port, 4 parts de porto fauve (ou xérès), 1 part Rye canadien, 1 part de whisky écossais et une éclaboussure de sirop d'érable - et c'est comment je le rends à la maison. Sans se soucier, nous avons bu beaucoup de caribou, car nous avons continué à le commander par le passé que nous avons arrangé à l'intérieur pour le régal.

Dans le réfectoire, un feu de flambage hurlait dans la cheminée à une extrémité, où les violoneurs ont joué les gabarits et les bobines français. Les longues tables de pique-nique étaient extrémité alignée à finir dans trois longues rangées, et cent cinquante ou ours ont arrangé dedans avec leurs seaux pleins de Molson ou de carafes de caribou en prévision des piles de la nourriture qui suivraient.

Porc Pâté pour écarter sur le pain frais. Soupe aux fèves. Écorces frites de porc. Les oeufs brouillés, les pommes de terre cuites au four, et les montagnes du jambon, tous ont sur option étouffé en sirop d'érable. Et plus encore. Et à un certain point, un ours divise en jouer des cuillères à temps avec le violoneur, et quelqu'un d'autre hue, et quelques types commencent à lutter, et le niveau du rire augmente, et plus de nourriture sort….et quand il n'y a finalement aucune pièce de manger plus, elles mettent en évidence le pâté en croûte de sirop d'érable, très probablement la substance la plus douce connue de l'humanité.

Nous roulant dehors la porte, nous avons alors fait notre propre `sucre-sur-snow'par verser le sirop chaud au-dessus de la glace rasée et à l'aide des bâtons de popsicle pour rouler le sirop dans les lucettes collantes.

Et bon nombre d'entre nous ont dormi sur la maison de tour d'autobus….attraper seulement un notre deuxième vent pour une autre nuit chez Le Stud, et un bonnet de nuit différent dans le dos de baquet chaud à la La Maison DesJardins.

Jour 4 (dimanche): Aujourd'hui nous avons dit nos goodbyes. D'abord nous avons exploré la vente chez Priape, le plus grand magasin du Canada approvisionnant aux homosexuels avec l'usage de fétiche, le cuir, et d'autres articles d'intérêt aux homosexuels. Malheureusement, de même que tellement souvent le cas chez Priape, les marchandises sont adaptées pour un plus jeune, plus mince ensemble ; Je ne pourrais pas trouver une seule paire de jeans avec une taille de taille plus grande que 34 - et très peu de nous des ours vont s'insérer dans le pantalon de la taille 34. Nous avons trouvé quelques manchettes en cuir ordonnées de poignet avec un compartiment caché pour tenir l'identification et l'argent comptant, ainsi nous avons pris un couple. Heureusement, Priape n'est pas le seul magasin pour nous dans le village….un nouveau magasin, l'armada de fétiche, est situé juste en bas de la rue sur le coin de la chambre de rue. - Catherine et rue Montcalm. Il est plus petit, mais amical et désireux de faire des affaires avec de plus grands hommes ; beaucoup de leurs affaires est travail fait sur commande.

Par Noon, il était temps pour le brunch d'adieu, tenu chez Le Planète sur la chambre de rue. - Catherine (si vous obtenez au sens cette chambre de rue. - Catherine est où tout se produit, il y a une raison de cela. En été, il est clôturé aux automobiles et devient ciel de café de piéton et de trottoir.) Le Planète est un petit et confortable établissement de nourriture… mais je dois admettre que son aspiration principale n'était ni la nourriture ni le décor moderne….mais un personnel des jeunes adorables soutient (« Cubs, » pendant que nous les appelons) l'emballage en avant et en arrière pour prendre des ordres, sert des mimosas, verse les ronds sans fin du café, et fournit des repas.

Pour ceux qui vivent localement, le jour finirait avec un concours de bûcheron de tard-après-midi au goujon. Pour le reste de nous qui travaillent le lundi matin, un départ d'après-midi est plus dans l'ordre. Dans le passé, nous avons toujours fait un arrêt rapide dans la vieille ville de Montréal, une zone au détail qui est l'emplacement du règlement original et caractérisé par les rues étroites et les ruelles pavées dans des pavés ronds et garnies des bâtiments en pierre datant de 300 ans. Tandis que la vieille ville est à la maison aux douzaines de T-shirt et le bibelot visqueux fait des emplettes, avec du peu de temps un peut trouver les peintures uniques, les lampes de dessin-modèle et en verre, les découpages d'Inuit et d'autres articles de spécialité.

Mais cette fois, encore pleine du jambon érable-trempé et épuisée de notre week-end, nous nous sommes dirigés à la maison. Nous espérons renvoyer un certain jour en mois d'été pour voir ce qu'est il comme en des mois plus chauds ; mais, que nous fassions ou pas, nous reviendrons à Montréal en mars prochain pour le week-end 9 de SugarBear pour certain.
Montréal et la province de Québec sont les endroits merveilleux et agréables juste sur le seuil de l'Amérique ; c'est dommage plus d'Américains, gai ou droit, ne franchissez pas la frontière et ne participez pas à joie de vivre de Montréal.

No comments: